Antoine Nedule Montswet alias Papa Noel

Antoine Nedule Montswet alias Papa Noel 1940

Guitariste chanteur Auteur-compositeur (Congo Brazzaville)

Ses origines

Antoine Nedule Montswet, qui doit son nom de scène, Papa Noël, à sa naissance le jour de Noël 1940, est un vétéran de l’âge d’or de la musique congolaise. Dans les années 40 et 50, la rumba “Congolaise”, jusqu’alors jouée traditionnellement avec la sanza et le lokole, est modernisée par un groupe de pionniers qui transformèrent sa structure musicale avec l’introduction de la guitare électrique, des congas et des cuivres. Il y avait alors une certaine influence de la musique Cubaine de l’époque – rumba, son et cha-cha-cha – et l’apport de sons régionaux et folkloriques des paysans qui migraient vers les villes.

La rumba congolaise moderne

La rumba changea notamment sous l’impulsion créatrice de Joseph Kabasele “le Grand Kalle” et les membres son groupe African Jazz. Mwamba Déchaud, Tino Barroza et Nicolas Kasanda (alias Dr. Nico) vont tous également jouer un rôle important dans cette musique. Le premier succès du genre fut ‘Marie Louise’ du guitariste Antoine ‘Wendo’ Kalosoyi en 1948. D’autres formations contribuèrent à l’essor de cette musique surtout urbaine : l’OK Jazz (1956) de Franco Luambo Makiadi, les Bantous de Capitale(1958), l’African Fiesta de Tabu Pascal Ley (1963) (plus tard connu sous le nom de Tabu Ley Rochereau). Leur inventivité et la vitalité de la scène locale firent de la rumba la marque de fabrique musicale du Congo, la première “musique de danse” panafricaine.

Un grand guitariste inspiré par le rythme cubain

Papa Noël a été guitariste dans plusieurs des formations de cette époque (Rock a Mambo, les Bantous de la capitale, African Jazz). Pour Café Noir, il tire son inspiration de Cuba, l’île dont la rumba avaient inspiré de nombreux musiciens congolais de cette époque. La connexion est directe car pendant la période coloniale de nombreux Congolais furent forcés de partir pour Cuba en tant qu’esclaves. La survivance de leur musique a été la clé de la création de la rumba traditionnelle cubaine dans les ports de Matanzas et La Havane. Pour célébrer ce lien, la guitare de Papa Noël est ici rejointe par le son distinctif du très cubain (aux trois paires de cordes métalliques) joué par le sonero cubain Cotó. Les retrouvailles ont pour témoins Manu (‘Makossa man’) Dibango, l’occasion pour lui de se souvenir des chaudes nuits de Léopoldville (l’actuelle Kinshasa); et de ses premières années où il jouait avec l’African Jazz.

La rumba callejera de Cuba et la rumba congolaise ont pour point commun la danse ! Avec “Café Noir”, Papa Noël a voulu rappeler que Cuba a toujours été source d’inspiration pour les rumberos Africains.

– contributed by Tumi Music


Pour toutes informations supplémentaires concernant l’artiste pendant toute sa carrière musicale et l’achat de ses chansons contactez :
Larumbacongolaise1@yahoo.fr ou sur le site internet dans la boutique.
Téléphone :+0033 625027865

Articles similaires

Laisser un commentaire

© Univers Rumba Congolaise 2012-2018
Site web créé par WIT Créations